Projet d’Ecole et Gymnase, rue des Bussys / EAUBONNE

Projet d’Ecole et Gymnase, rue des Bussys / EAUBONNE

Vous trouverez ci-dessous différentes informations et compte-rendus sur ce sujet. Certains sont pour d’autres contre. Il y a aussi des riverains non concernés donc ni pour ni contre.

A ce jour, le projet d’école fait l’objet d’un recours par une association de riverains, qui remet en cause la conformité de ce projet par rapport au PLU.

L’ouverture de cette école, initialement prévue pour septembre 2021, pourrait peut-être tout de même ouvrir en septembre 2022 si le projet est maintenu (le recours n’est pas suspensif et la Mairie estime que l’issue du recours devrait être en sa faveur compte-tenu des arguments avancés). A défaut, si le projet est retardé, cela pose des problèmes d’accueil des enfants, les écoles étant proche de la saturation autour de ce quartier qui continue de se densifier tandis que les infrastructures publiques sont insuffisantes…

Par ailleurs, des réflexions sont toujours en cours pour les aménagements dans le quartier Sud (voir également le sujet sur le CDFAS). Vos idées et avis sont bienvenues : par email à info@bienvivre-ermonteaubonne.org OU directement via la zone de commentaires ci-dessous (commentaires publiques).

Réunion du 04/11/2019 sur le projet d’école rue des Bussys et l’aménagement du quartier Sud (EAUBONNE)

publié le 25/11/2019

Présents: Association du Quartier de l’Alliance; Représentants de parents d’élèves de l’école Rabelais ; Associations de parents d’élèves FCPE de l’école Paul Bert ; Association de parents d’élèves CPEA de l’école Paul Bert; Conseil de Quartier Paul Bert ; notre association « Bien Vivre dans le quartier de la gare d’Ermont-Eaubonne ».

La Mairie précise que l’Association des Riverains rues Burgué & Chopin (ARBC) n’avait pas été invitée à cette réunion compte-tenu du contentieux existant entre l’ARBC et la Mairie.

Elle mentionne que le budget de l’école n’est pas un problème. En 2019, les études réalisées à hauteur de 420000€ ont été acceptées par la Cours des Comptes. Le budget pour l’école est également validé.

Pour mémoire, le permis de construire, qui avait été déposé fin décembre 2018, a été délivré le 8 avril 2019. La Mairie informe qu’un recours contentieux a été déposé par l’ARBC le 1er octobre 2019 devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, ce qui impacte le calendrier du projet.

Dans le calendrier initial, il était prévu de démarrer la démolition au 1er trimestre 2020 avec un échelonnement des travaux jusqu’en janvier 2022. Pour éviter une ouverture des locaux en cours d’année scolaire, il était prévu une ouverture de l’école des Bussys pour la rentrée 2022.

Compte-tenu du contentieux introduit en octobre, le calendrier doit être revu : il faut attendre une décision du tribunal administratif qui n’interviendra pas avant fin 2020. Si la décision intervient dans ce délai, et si le recours est rejeté, les travaux ne pourront commencer qu’à partir de janvier 2021. L’ouverture de l’école ne pourra donc pas avoir lieu avant la rentrée 2023, dans le meilleur des cas (et sous réserve qu’il n’y ait pas appel de la décision du tribunal administratif).

La Mairie mentionne que le statut de la rue Mathilde Burgué n’est pas un sujet dans le recours sur permis de construire et que ce recours porte sur le lien entre l’application du PLU et le projet. Selon la Mairie, le projet est en conformité avec le PLU. Si le recours est effectivement non fondé, la Mairie pourrait à son tour se retourner contre le plaignant compte tenu des conséquences financières et matérielles engendrées.

La Mairie rappelle que le PLU permettait d’avoir un gymnase plus important que celui qui a finalement été retenu pour le permis de construire et qu’elle avait :

  • modifié la taille du gymnase : sa hauteur est maintenant de 8m (contre 13m dans le projet initial). Cette réduction de hauteur a eu pour incidence de réduire le nombre de places de parking (passées de 30 dans le projet initial à 18 places dans le permis de construire).
  • déplacé la chaufferie (accolée à la propriété d’un riverain dans le projet initial)
  • étoffé le volet paysager pour renforcer la préservation de la flore (diverses plantations avec aspect plus vert)
  • consenti à envisager la voie Mathilde Burgué sous l’angle de l’indivision, après échanges avec l’ARBC (statut de la rue initialement considéré comme publique par la Mairie). Le statut de cette voie ne serait donc plus un sujet de discorde. Chacun étant propriétaire d’un bout de voie face à son terrain, la ville participerait à la réfection partielle de la voie. Elle accepte également de participer à la mise en place d’un système de fermeture de la rue. Quelques accès ponctuels se font par la rue Burgué (collecte des déchets, livraisons pour la restauration scolaire, aire de retournement pour les véhicules de secours), l’accès à l’école se faisant par la rue des Bussys. Il devrait donc y avoir peu d’impact sur le flux circulatoire de la rue Burgué, le stationnement étant également maintenu pour les riverains avec le système de fermeture.

 

Stationnements : 6 places dépose minute sont prévues en face du parvis. D’autres stationnements sont à moins de 280m, dont le parking de 90 places (rue Henri Coudert) et le parking de la piscine.

Une zone de stationnement pour les vélos est également présente sur le parvis (26 places dans l’enceinte de l’école ; soit 1 place /12 élèves ; ce qui répond aux normes du PLU). Un représentant de parent d’élèves demande si ce nombre de places peut être augmenté pour inciter les gens à prendre le vélo. La Mairie répond que le parvis est assez grand pour l’envisager.

La Mairie mentionne que si une piste cyclable est prévue sur la rue des Bussys, cela supprimera des stationnements (20 places sur la rue des Bussys).

Les représentants de parents d’élèves relèvent que les personnes représentées ici ne sont pas les seules concernées par la circulation et le stationnement dans le quartier Sud et souhaitent recentrer le sujet sur l’école et sur le fait que, compte-tenu de l’ajournement des travaux, de gros problèmes se posent pour l’accueil des enfants dans les écoles dans les prochaines années. Les représentants de parents d’élèves souhaitent savoir quelles solutions sont envisagées pour pallier ce problème.

Les possibilités d’accueil sont très limitées, à la fois à Rabelais et à Paul Bert. D’après la Mairie, il est possible d’absorber l’arrivée d’enfants en 2020 mais ce sera plus difficile les années suivantes. Il est fait mention des possibilités suivantes :

  • Dépassement de quota à Rabelais. Le problème est que les salles sont petites. D’ailleurs, en début d’année, avant l’ouverture de la 4e classe, il était très compliqué de faire rentrer plus de 25 bureaux d’élèves dans la salle de classe (pour mémoire, la capacité maximale dans cette école était de 100 élèves, soit 25 élèves par classe, l’infrastructure n’étant pas conçue pour être une école mais une crèche).
  • Augmentation du nombre de classes dans les écoles Mont d’Eaubonne et Jean-Jacques Rousseau avec redistribution de la carte scolaire. Des problèmes se posent en revanche pour l’organisation de la restauration scolaire, notamment au Mont d’Eaubonne.
  • Utilisation de préfabriqués sur le parking de l’école Rabelais. Là encore se pose le problème de l’organisation de la restauration scolaire.

Des associations de parents d’élèves mentionnent qu’il faudra également tenir compte, dans les années à venir, des éléments plancher définis par le gouvernement (en 2022 : 24 élèves maximum par classe pour les classes GS, CP et CE1). La Mairie note que, rien que sur la commune, cela représenterait 12 à 15 classes à ouvrir, ce qui est conséquent et pose des difficultés pour les communes.

La question est posée de savoir si le projet pourrait être remis en cause après les élections municipales. Cela n’est pas exclu. Dans ce cas, des indemnités sont tout de même dues aux architectes et l’argent engagé sera perdu (études de sol, bureaux de contrôle…), et des solutions devront être trouvées pour l’accueil des nouveaux enfants en attendant l’ouverture d’une école, puisque la situation pourrait devenir critique dès la rentrée 2021.

 

Réunion du 17/04/2019 sur le projet d’école rue des Bussys et l’aménagement du quartier Sud (EAUBONNE)

publié le 04/05/2019

Au cours de cette réunion, la mairie nous a présenté ainsi qu’aux associations présentes (Association du Quartier de l’Alliance; Association des Riverains rues Burgué & Chopin; Représentants de parents d’élèves de l’école Rabelais ; Associations de parents d’élèves de l’école Paul Bert : CPEA et FCPE ; Conseil de Quartier Paul Bert) le visuel externe, le calendrier et les mises à jour du projet.

Le permis de construire, qui avait été déposé fin décembre 2018, a été délivré le 8 avril 2019.

L’échéancier prévisionnel serait le suivant :

  • Les entreprises intervenantes doivent être retenues avant la fin 2019.
  • La démolition démarrerait au premier trimestre 2020
  • le terrassement et gros œuvre se ferait à partir de Mars 2020
  • La livraison serait prévue pour Décembre 2021
  • L’installation du mobilier se ferait durant le 1er semestre 2022

Au total, le chantier devrait durer 20 mois. L’ouverture de l’école serait donc finalement prévue pour Septembre 2022.

La mairie a également présenté le projet de dispositif de géothermie sur sonde. Il a notamment été conseillé à la Mairie des sondes qui ne requièrent pas un entretien trop élevé. Des tests sont encore en cours pour savoir s’il est possible de faire la géothermie sur le sol.

En ce qui concerne la préservation de la flore, la Mairie a identifié des arbres qui pouvaient être conservés : 3 sur le parvis et quelques autres dans les cours d’école. Des plantes grimpantes et massifs végétalisés sont également envisagés.

 

Concernant les problèmes de circulation et de stationnement, la Mairie a également présenté les études de comptage réalisées du 4 au 19 février 2019 sur la rue des Bussys, juste avant la sortie de la rue Coudert. L’étude révèle :

  • une moyenne de 2096 véhicules par jour en semaine, dont environ 40 poids lourds (en journée : 1987 véhicules en moyenne dont 39 poids lourds ; la nuit : une moyenne de 109 véhicules dont 1 poids lourds), représentant un débit moyen de 87 véhicules par heure.
  • en semaine : 2287 véhicules en moyenne dont 49 poids lourds
  • les samedis : 1837 véhicules en moyenne dont 16 poids lourds
  • les dimanches/jours fériés : 1332 véhicules en moyenne

Parmi les propositions et axes de réflexion de la Mairie :

  • la rue Coudert pourrait être mise en double sens. Il est noté que cette rue qui est actuellement en sens unique, ne dispose pas de trottoirs sur une partie de la rue.
  • une piste cyclable pourrait être aménagée le long de la rue des Bussys mais cela nécessiterait de supprimer 11 places de parking devant les entreprises (zone industrielle), ainsi que les places de parking sur la partie de la rue en sens unique. En effet, compte tenu de la largeur de la rue, il est nécessaire de faire un choix entre ces places de stationnement et les aménagements pour favoriser les modes de circulation douce. Il est toutefois noté que certains riverains de la rue des Bussys utilisent ces places mais selon la Mairie, beaucoup de voitures pourraient rentrer dans les propriétés.

Ont également été présentés, au cours de cette réunion, les propositions et axes de réflexion que notre association (avec l’aide et les retours de quelques-uns de nos adhérents que nous remercions) avait soumis à la Mairie:

  • l’idée de fermer, sur une courte durée, l’entrée de la rue des Bussys juste après la rue Fiévet (par exemple entre 8h15 et 8h35) consistait à éviter les blocages et stationnements en double file de parents venant déposer leurs enfants. Les parents seraient invités à se garer en amont de la rue, de préférence sur le parking de la piscine. Cette idée était globalement rejetée lors de cette réunion : même sur une courte durée de 15 à 20 min, une fermeture serait trop contraignante pour les riverains (notamment de la rue des Bouquinvilles), qui ne pourraient plus passer par la gare et seraient obligés de sortir par Saint-Gratien avec le trafic déjà existant sur le rond-point pour rejoindre le BIP.
  • si la rue n’est pas fermé, prévoir un agent assermenté (notamment pendant les heures d’entrée et de sortie d’école) et un feu pour la traversée des piétons
  • prévoir un ralentisseur devant l’école
  • mettre également en sens unique la partie de la rue des Bussys qui se trouve entre la rue Louis Fiévet et la rue Blanche Rose
  • proposer au Département de prendre une bande du terrain destiné à devenir un parking pour le CDFAS afin d’« Ouvrir » le quartier Sud à d’autres modes de circulation doux. Ici uniquement ouverture pour les cyclistes et piétons, par exemple un chemin/piste cyclable pourrait longer le ru jusqu’à la piste cyclable existante sur le Boulevard de l’Entente :
  • changer le sens de circulation de la rue des Bussys : cela permettrait notamment d’éviter la circulation des poids lourds devant l’école mais ces poids lourds et le trafic se répercuterait probablement sur la rue des Bouquinvilles

  • dans l’idéal, permettre l’accès en vélo de façon plus sécurisée entre les quartiers des Bussys et de l’Alliance. Voir par exemple sur schema ci-dessous:

 

Les associations présentes ont également soulevé que l’aménagement d’une entrée directe sur le BIP (sans avoir à passer par le rond-point proche du Champ de Course) permettrait aux camions de la zone industrielle (mais aussi aux Cars du CDFAS) de sortir de ce quartier très enclavé vers Saint-Gratien et d’accéder directement au BIP.

Les associations ont également interrogé la mairie sur le point du budget rejeté lors du 2nd conseil municipal et sur son éventuel impact sur le projet d’école rue des Bussys. Selon la Mairie, le budget avait déjà été voté en Mars 2018 et ce rejet n’impacte pas 4 projets avec autorisations de programmes (dont celui de l’école des Bussys). Les financements devraient être automatiquement attribués.

 

Bien que l’ambiance de cette réunion soit moins tendue que les réunions précédentes sur ce sujet, des problèmes demeurent, comme par exemple le gymnase de type B, le centre de loisirs, le statut de la rue Burgué et l’association ARBC a mentionné son intention de faire un recours contre ce projet. La Mairie a quant à elle mentionné sa volonté de trouver une solution (fermeture de la rue Burgué ou statut avec portion en indivision…) mais, selon l’ARBC, ces négociations doivent être annexées au permis de construire, or, celui-ci a été délivré.

Point sur le projet d’école rue des Bussys – CR du 07/04/2019

Voir document ci-dessous:

20190407 – Point sur le projet d’ecole rue des Bussys

 

4 réponses

  1. Liliane MEZOUARI dit :

    il serait bon , avant d’émettre des hypotheses sur des tracés de nouvelles voies, de s’informer de l’utilité du ru et de prendre contact avec les propriétaires! encore une fois nous sommes toujours les derniers au courant!
    Entre les villes de Sannois et d’ Ermont qui trouvent logiques de supprimer les arbres sur un site naturel ( zone humide) sur lequel des oiseaux protégés vivent depuis plus de 40 ans pour y construire 156 logements avec l’approbation de la ville d’Eaubonne!
    maintenant cette nouvelle voie, à la place du ru !
    C’est vous qui allez nous indemniser lors des inondations ? Ces inondations déjà subies et qui ne feront que s’aggraver grâce à la suppression des arbres.
    Ces arbres qui nous aident à absorber le surcroît de précipitation du au bétonnage et au réchauffement climatique, qui aident à apporter de la fraîcheur, à abriter les oiseaux ou autres animaux qui peuvent combattre les moustiques?
    Il y a tellement d’exemples des situations dramatiques dues aux inondations, il n’y a qu’à regarder, même aujourd’hui, dans les journaux télévisés .

  2. Le bureau de l'association dit :

    Merci pour votre message car il y a une vraie problématique de circulation dans ce quartier et les propositions pour essayer d’améliorer la situation sont ouvertes et plus que jamais d’actualité !

    Si vous faites référence à la mention d’un chemin pour mode de circulation doux « longeant le ru » :
    – tout d’abord il ne s’agit que d’axes de réflexion destinés à ouvrir des discussions, partager des avis, rebondir sur certaines idées pour les améliorer ou en faire naître de nouvelles… Si l’on se refuse de partager des idées, on ne peut confronter les points de vues et les réflexions s’en trouvent plus limitées ou incomplètes…
    – par ailleurs, il y a méprise : il n’est pas question d’une voie « à la place du ru » ou de bétonner/arracher des arbres. Il s’agit plutôt d’un « chemin » tenant compte des arbres et du ru, même en terre ou en bois, éventuellement sur pilotis s’il doit passer au-dessus du ru pour ne pas altérer son écoulement. Ce chemin offrirait un cadre vert de promenade en même temps qu’une alternative pour les modes de circulation « doux ».

    Nous sommes tout à fait d’accord avec vous sur l’importance des arbres non seulement pour la faune mais également face aux épisodes d’inondation qui s’accroissent et s’intensifient avec la multiplication des constructions sur des terres marécageuses qui impactent forcément l’écoulement des eaux…
    Notre intention est, au lieu de subir simplement les divers projets des collectivités territoriales, de les sensibiliser aux problématiques du quartier (problèmes d’inondations, que notre association connait, de circulation, de moustiques…) et les «suivre/accompagner» afin que les collectivités en tiennent compte. Nous ne pouvons pas nous opposer à tous ces projets mais nous essayons d’insuffler des idées ou orientations pour que les projets s’adaptent au mieux à notre quartier afin d’y préserver une certaine qualité de vie.

    • LILIANE MEZOUARI dit :

      je suis contente de constater que vous êtes préoccupés par l’importance des arbres et par la multiplication des constructions sur des terres marécageuses qui impactent forcement l’écoulement des eaux , mais il ne me semble pas que vous vous soyez intéressés aux permis de construire accordés rue du grand grill qui impacteront automatiquement notre quartier.

      A) sur la circulation
      1°) en effet les futurs residents de ces résidences, devant utiliser obligatoirement leur véhicule pour se rendre à leur travail, vont encore accroire les difficultés de circulations pour ceux qui passent déjà tous les jours par la gare d’Ermont Eaubonne pour rejoindre le BIP.

      sur des risques d’ inondations
      2°) l’accroissement des risques d’inondations , puisque les grands arbres qui nous protègent actuellement et ceux depuis plus de 40 ans seront arrachés! là on va délibérément accentuer les catastrophes.
      quand le SIARE nous interpelle sur la nécessité de conserver les zones humides dans les agglomerations , on se demande où va le monde!

      B) concernant votre chemin , pour une circulation douce
      Je ne comprends pas votre projet, en quoi ce chemin permettra pour les gens de notre quartier d’aller plus vite à la gare au contraire cela rallonge la distance! quel serait son utilité?
      D’autre part si c’est pour éviter les voitures supplémentaires? si les personnes doivent prendre obligatoirement leur voiture et bien, ils continueront!

      par contre vous n’avez pas pris en compte
      -1) les trafiquants qui sévissent à la gare, et qui vont trouver un endroit plus tranquille pour faire leurs affaires!
      – 2 )les risques d’agressions supplémentaires ( il y a déjà eu un viol, entre la rue des Bussys et des Bouquinvilles en pleine journée dans une rue habitée)
      -3) l’accroissement des cambriolages, que le quartier subit déjà!
      -4) les incivilités que nous subissons à longueurs d’années, déchets de repas sur nos clôtures, papiers divers, canettes, jetés dans la rue….et que nous retrouveront automatiquement dans le ru.
      – et éventuellement les risques de rencontrer des problèmes « d’atteinte à la pudeur, jeunes filles dénudées avec compagnie » déjà rencontrés dans les escaliers de la residence au-dessus de inter-marchés

  3. Delphine dit :

    Bonjour,
    Pour reprendre votre commentaire ci-dessus :
    – « il ne me semble pas que vous vous soyez intéressés aux permis de construire accordés rue du grand grill… » : nous sommes une poignée de bénévoles à être actifs sur plusieurs sujets (aménagements, sécurité, nuisances, vie de quartier, convivialité…) tout en composant avec le travail et la vie de famille ce qui n’est pas toujours facile… Alors oui, malheureusement, il y a des sujets que nous ne pouvons pas traiter, non pas par désintérêt mais par manque de temps. En revanche, si vous êtes allé voir le permis de construire, l’info peut nous intéresser 🙂
    – « B) concernant votre chemin, pour une circulation douce… » : ce n’est pas un « projet » de l’association ou un souhait auquel l’association tient en particulier, c’est juste une idée. Si l’on veut encourager les gens à utiliser d’autres modes de circulation doux, il faut des infrastructures adaptées (de nombreux exemples montrent que le développement d’infrastructures adaptées a un impact sur les modes de fonctionnement). Des réflexions sont en cours pour savoir si des pistes cyclables devraient être aménagées dans ce quartier (par exemple sur la rue des Bussys ou des Bouquinvilles). Mais cela présente l’inconvénient de devoir supprimer des places de parking. La situation actuelle n’est pas non plus satisfaisante car les rues sont étroites et peu sécurisantes pour les modes de circulation doux… Cette idée est une alternative à la suppression des parkings, en aménageant une piste cyclable en dehors des rues existantes (donc sécurisée par rapport aux véhicules). Il ne s’agit pas de gain de temps mais de permettre une circulation « douce » de façon sécurisée sans empiéter sur les parkings le long des rues. Bien entendu, toute autre idée ou possibilité est bienvenue! Certaines personnes préféreraient une piste cyclable le long de la rue des Bussys, pourquoi pas? Le bénéfice collectif est peut-être plus grand que les inconvénients concernant les places de parking?
    – « par contre vous n’avez pas pris en compte… » : cette pensée nous a effectivement traversé l’esprit et le partage de cette idée vise justement à recueillir les avis par rapport à divers impacts car il n’y a pas de moyen qui ne présente pas d’inconvénient… Votre réflexion est tout à fait correcte sur l’impact potentiel d’un chemin et les difficultés à prévoir pour y maintenir l’ordre et la sécurité sachant que cela est déjà compliqué à la gare.

    Le but de l’association est de promouvoir l’information sur ces sujets et d’essayer de faciliter les discussions ou réflexions. L’association n’a pas le pouvoir de décider de ce qui se fera à l’avenir dans le quartier (et heureusement) ni même le but de proposer des solutions à tous les problèmes existants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *